Les heures supplémentaires, ça parle à tout le monde… Mais qui est vraiment capable d’expliquer ce que sont les heures complémentaires en HCR ? Quelle est la différence ? Qui concernent-elles ?

Salariés à temps partiel

La première chose à savoir, c’est que les heures complémentaires ne concernent que les salariés à temps partiel. Ce sont les heures effectuées en plus du temps de travail prévu par le contrat, sans dépasser la durée légale du travail dans l’établissement. Concrètement, si un salarié a un contrat de travail à temps partiel de 24 heures, et qu’il a travaillé 28 heures au cours d’une semaine donnée, ces quatre heures effectuées en plus sont donc des heures complémentaires. A ne pas confondre, donc, avec les heures supplémentaires en HCR, qui sont, elles, réalisées par un salarié à temps plein. Maintenant que vous avez compris le principe, comment ça marche ?

Des heures limitées

Sachez déjà que ces heures sont doublement limitées. Explication :

  1.  Le temps de travail du salarié à temps partiel ne doit jamais atteindre un temps plein, soit 35 heures par semaine. Sinon ? Sinon il y a risque de requalification du contrat en contrat à temps plein et son lot de tracas associés…
  2. Le nombre d’heures complémentaires effectuées sur une semaine ou un mois ne peut représenter plus du 1/3 de la durée hebdomadaire ou mensuelle mentionnée dans le contrat de travail.

Si on reprend l’exemple de notre salarié avec un contrat de travail de 24 heures, il ne peut pas effectuer plus de (24/3=) 8 heures en plus par semaine, pour un total maximum hebdomadaire de 32 heures. (à ce sujet, l’article L3123-6 du code du travail demande au contrat de mentionner les « limites dans lesquelles peuvent être accomplies des heures complémentaires au-delà de la durée de travail fixée par le contrat. »)

Attention !

Si, pendant 12 semaines de suite, ou pendant 12 semaines au cours d’une période de 15 semaines, le salarié effectue au moins 2 heures complémentaires en moyenne, il faut modifier son contrat de travail. Il bénéficie néanmoins d’un préavis de 7 jours pour s’opposer à sa modification.

Des heures obligatoirement payées

Les heures complémentaires en HCR sont obligatoirement rémunérées. Elles ne peuvent pas être compensées par un repos compensateur, par exemple. Le paiement de ces heures est majoré de 10%, pour toutes les heures effectuées dans la limite du 10è de la durée initialement fixée au contrat. Dans le cas de notre salarié avec un contrat de 24 heures, les 2,4 premières heures complémentaires lui seront donc majorées de 10%. Au-delà du 10è de la durée initiale du contrat, le paiement est majoré de 25%.

Un salarié en HCR peut-il refuser d’effectuer des heures complémentaires ?

En tant que dirigeant, vous pouvez lui demander de travailler un peu plus si nécessaire. Cela fait partie de vos prérogatives. Donc, théoriquement, non. Sachez néanmoins qu’il peut refuser si le nombre d’heures dépasse les limites prévues par le contrat, ou, pire, si aucune heure complémentaire n’est prévue au contrat. En tout état de cause, pour limiter les refus, déjà, n’oubliez pas de le prévenir au moins 3 jours ouvrés à l’avance…

Les heures supplémentaires, ça parle à tout le monde… Mais qui est vraiment capable d’expliquer ce que sont les heures complémentaires en HCR ? Quelle est la différence ? Qui concernent-elles ?

Salariés à temps partiel

La première chose à savoir, c’est que les heures complémentaires ne concernent que les salariés à temps partiel. Ce sont les heures effectuées en plus du temps de travail prévu par le contrat, sans dépasser la durée légale du travail dans l’établissement. Concrètement, si un salarié a un contrat de travail à temps partiel de 24 heures, et qu’il a travaillé 28 heures au cours d’une semaine donnée, ces quatre heures effectuées en plus sont donc des heures complémentaires. A ne pas confondre, donc, avec les heures supplémentaires en HCR, qui sont, elles, réalisées par un salarié à temps plein. Maintenant que vous avez compris le principe, comment ça marche ?

Des heures limitées

Sachez déjà que ces heures sont doublement limitées. Explication :

  1.  Le temps de travail du salarié à temps partiel ne doit jamais atteindre un temps plein, soit 35 heures par semaine. Sinon ? Sinon il y a risque de requalification du contrat en contrat à temps plein et son lot de tracas associés…
  2. Le nombre d’heures complémentaires effectuées sur une semaine ou un mois ne peut représenter plus du 1/3 de la durée hebdomadaire ou mensuelle mentionnée dans le contrat de travail.

Si on reprend l’exemple de notre salarié avec un contrat de travail de 24 heures, il ne peut pas effectuer plus de (24/3=) 8 heures en plus par semaine, pour un total maximum hebdomadaire de 32 heures. (à ce sujet, l’article L3123-6 du code du travail demande au contrat de mentionner les « limites dans lesquelles peuvent être accomplies des heures complémentaires au-delà de la durée de travail fixée par le contrat. »)

Attention !

Si, pendant 12 semaines de suite, ou pendant 12 semaines au cours d’une période de 15 semaines, le salarié effectue au moins 2 heures complémentaires en moyenne, il faut modifier son contrat de travail. Il bénéficie néanmoins d’un préavis de 7 jours pour s’opposer à sa modification.

Des heures obligatoirement payées

Les heures complémentaires en HCR sont obligatoirement rémunérées. Elles ne peuvent pas être compensées par un repos compensateur, par exemple. Le paiement de ces heures est majoré de 10%, pour toutes les heures effectuées dans la limite du 10è de la durée initialement fixée au contrat. Dans le cas de notre salarié avec un contrat de 24 heures, les 2,4 premières heures complémentaires lui seront donc majorées de 10%. Au-delà du 10è de la durée initiale du contrat, le paiement est majoré de 25%.

Un salarié en HCR peut-il refuser d’effectuer des heures complémentaires ?

En tant que dirigeant, vous pouvez lui demander de travailler un peu plus si nécessaire. Cela fait partie de vos prérogatives. Donc, théoriquement, non. Sachez néanmoins qu’il peut refuser si le nombre d’heures dépasse les limites prévues par le contrat, ou, pire, si aucune heure complémentaire n’est prévue au contrat. En tout état de cause, pour limiter les refus, déjà, n’oubliez pas de le prévenir au moins 3 jours ouvrés à l’avance…

Nathalie BALLAND

D’autres articles que vous pourriez aimer

amenagement-temps-travail

Un dispositif de pointage en restauration.. Et pourquoi pas !

En lire plus

amenagement-temps-travail

LE ratio qu’il faut absolument suivre au quotidien en restauration

En lire plus

amenagement-temps-travail

Les fiches horaires de travail en restauration sont-elles obligatoires ?

En lire plus

amenagement-temps-travail

Quelles solutions en 2019 pour simplifier la gestion de son personnel ?

En lire plus

amenagement-temps-travail

LE ratio qu’il faut absolument suivre au quotidien en restauration

En lire plus

amenagement-temps-travail

Quel est le délai légal pour afficher le planning de travail de ses salariés ?

En lire plus