Le Compte Personnel Formation (CPF)

Jusqu’en fin d’année 2014, le CPF s’appelait Droit Individuel à la Formation (DIF). Vous vous en souvenez ?

Le nom a changé mais l’objectif est toujours le même : former, et, surtout, accroître le niveau de qualification des salariés, et ce, tout au long de leur vie professionnelle.

Chaque salarié gère son compte comme il l’entend, et décide de la formation qu’il a envie de suivre, du moment qu’elle soit éligible au CPF.

Comment le compte CPF est-il alimenté ?

Depuis 2019, le compte est abondé (comprendre, alimenté) à hauteur de 500 euros par an par l’employeur, si le salarié est à temps complet ou travaille à temps partiel entre 50 et 100% du temps légal.
S’il travaille moins de la moitié d’un temps complet, les droits de formation sont calculés au pro rata.

Jusqu’en 2018, le compte CPF était crédité en heures, à raison de 24 heures par an. Les heures acquises et non utilisées en 2018 ont donc converties en euros, sur la base de 15 € de l’heure, au 1er janvier 2019.

Ainsi, un salarié qui disposait de 36 heures au 31 décembre 2018 a désormais un crédit de 540 €.

Comment en profiter ?

Avant toute chose, il faut s’inscrire sur « Compte Activité« . La procédure, très rapide, permet de visualiser en quelques instants le compte CPF et de connaître le budget dont il dispose.

Quelle formation choisir ?

Les formations ne sont pas propres à chaque branche. Cependant, le salarié doit faire son choix parmi celles inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

Plusieurs critères sont à prendre en compte au moment de jeter son dévolu sur une formation : son contenu, la qualité des formateurs, et, bien sûr sa proximité.

Pratique, le site de l’hôtellerie-restauration propose un moteur de recherche de formations dans le métier.

Quand suivre une formation ?

L’initiative vient du salarié. Ce n’est pas à vous de proposer une formation.

Votre accord doit être nécessaire si la formation a lieu pendant le temps de travail. Vous avez 30 jours pour accepter ou refuser. Si, au terme de ce délai, vous n’avez pas répondu, la demande est considérée acceptée.

Si la formation a lieu en dehors du temps de travail, aucun accord n’est nécessaire.

Si la formation permet d’acquérir le socle de compétences, ou est financée par un abondement supplémentaire, votre accord n’est pas nécessaire non plus.

Qui peut en profiter ?

Tous les salariés, à partir de 16 ans.
Mais aussi, les jeunes de 15 ans en contrat d’apprentissage et les personnes sans emploi.

Nathalie BALLAND

D’autres articles que vous pourriez aimer

amenagement-temps-travail

Quelles solutions en 2019 pour simplifier la gestion de son personnel ?

En lire plus

amenagement-temps-travail

LE ratio qu’il faut absolument suivre au quotidien en restauration

En lire plus

amenagement-temps-travail

Quel est le délai légal pour afficher le planning de travail de ses salariés ?

En lire plus